Accueil | L’association

Naissance de l’association

"cette plaie béante qu’est la souffrance traumatique"
 juillet et août 2002

Le tournage d’un film documentaire sur la difficile reconstruction psychique après le génocide a conduit au Rwanda l’équipe du film "Rwanda : un cri d’un silence inouï" en juillet et août 2002.

"Nous avons été frappés par les séquelles des rescapés. Les coups de machettes ont blessé, mutilé, le viol systématique des femmes et des petites filles a propagé le sida.

Et puis, il y a partout cette plaie béante qu’est la souffrance traumatique.

De la part du gouvernement et de la société civile, les efforts pour aider les rescapés sont énormes, mais dans ce pays pauvre et abandonné de la communauté internationale, ils ne peuvent suffire."

Nous avons décidé d’aider, dans un premier temps, les enfants et les femmes que nous avons rencontrés lors de notre tournage.

La plupart de ces enfants veulent tout simplement aller à l’école et attendent un parrainage qui leur permette de payer les fournitures scolaires.

La plupart des rescapés, anciens éleveurs ou agriculteurs, sont dans un état physique tel qu’ils se trouvent dans l’incapacité d’effectuer le moindre travail pour assurer leur survie.

D’autres personnes, qui ont été contaminées par le sida à la suite du viol dont elles ont été victimes, en 1994, ont besoin d’une trithérapie pour vivre.


Lire la présentation du film : "Rwanda : un cri d’un silence inouï"

Illustration : ancien logo de l’association.

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Twitter